IRE Fleurus : ECOLO veut la transparence totale

IRE Fleurus : ECOLO veut la transparence totale

Comme le révèle le quotidien L’Echo dans ses colonnes ce 12 décembre, depuis 1971, l’Institut national des Radioéléments (IRE) stocke des déchets nucléaires qui n’ont jamais été évacués. La limite légale de stockage a été atteinte et sur base de plusieurs dérogations de l’Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN), elle a pu être dépassée.

Pourtant, ces dérogations n’ont fait que repousser le problème et aujourd’hui, c’est la Cour des Comptes qui rejoint certaines préoccupations des écologistes en la matière : “L’accumulation des matières irradiées sur le site de Fleurus risque de mettre en péril la continuité de l’exploitation”, affirme-t-elle. En effet, dès la fin de l’année 2019, la capacité administrative autorisée sur le site sera de nouveau atteinte, et en 2021 c’est le seuil de la capacité physique d’entreposage qui sera franchi.

Pour ECOLO, cette problématique pose, au delà de l’aspect économique, plusieurs questions de transparence et de sécurité environnementale :

Quid de l’évacuation des quatre containers spéciaux contenant de l’uranium irradié sachant que le projet de les envoyer à Mol relève à ce stade d’une douce utopie ?

De quel volume de déchets parle-t-on aujourd’hui ? Il est absolument nécessaire que la transparence puisse être faite sur cette information et sur l’attitude de l’AFCN concernant d’éventuelles nouvelles dérogations par rapport aux normes légales. La transparence nucléaire n’est décidément pas encore à l’ordre du jour, plus on en parle, moins on la voit.

ECOLO, par la voix de Jean-Marc NOLLET, député fédéral, interpellera le Ministre de l’Intérieur sur ces deux questions. Par ailleurs, dans les conseils communaux concernés et à la province, ECOLO demandera des garanties solides quant aux solutions structurelles envisagées par l’IRE pour l’évacuation de ces déchets.

Les écologistes continueront à être vigilants sur cette question de sécurité publique élémentaire.

Les Coprésidents Régionaux Ecolo Charleroi Métropole

Marine Biset, Christophe Cornu et Aubry Mairiaux

Petit geste… Grands effets !

Petit geste… Grands effets !

Comme chaque année en novembre, les membres de la régionale Ecolo Charleroi Métropole sont allés à la rencontre des citoyens et leur ont offert un arbuste fruitier.

Par cette action, Ecolo entend sensibiliser la population à une autre vision de l’agriculture, une agriculture durable basée sur les circuits-courts et la production locale. Un circuit court, c’est un mode de production et de commercialisation de l’alimentation qui vise à rapprocher le producteur du consommateur. Un chemin plus direct dans lequel tout le monde y gagne.

  • L’ÉCONOMIEUne production locale et diversifiée qui assure un revenu décent au producteur et un juste prix au consommateur.

  • LA SANTÉUne alimentation saine et savoureuse, diversifiée et de qualité.

  • L’ENVIRONNEMENTUn impact réduit sur le transport, et du soutien à la biodiversité.

  • LA CONVIVIALITÉDe nouvelles formes de dialogue et de solidarité, de la transparence et de la confiance.

Soutenir les circuits courts, c’est une démarche simple avec de grands effets et c’est aussi facile que de planter un arbuste !

CETB Champ de Beaumont : une ineptie environnementale pour Ecolo

CETB Champ de Beaumont : une ineptie environnementale pour Ecolo

ECOLO a pris acte avec stupeur du feu vert accordé par l’administration wallonne à la prolongation de l’exploitation de la décharge de Monceau (CETB).

Il faut rappeler que ce dossier empoisonne littéralement la vie des riverains depuis plus de 20 ans. En plus des nuisances sonores et odorantes se pose la question des risques pour la santé et l’environnement. La poussière produite par l’activité représente un risque majeur pour la qualité de l’air et la santé des riverains au niveau de certaines particules toxiques. Les constats ne sont guère plus réconfortants en ce qui concerne la qualité des eaux puisque la décharge est située sur un versant de la vallée d’un ruisseau. 

Pire, aujourd’hui, le nouveau permis prévoit une augmentation du volume d’enfouissement permettant de doubler le volume actuel : 5.500.000 m³ contre 2.950.000 m³ aujourd’hui ! Pour rappel, le bureau CSD, auteur de l’Étude d’Incidence sur l’Environnement (EIE) pour le site de Monceau, recommandait par exemple de limiter la capacité d’enfouissement à 1.650.000 m³. 

ECOLO se félicite que des recours aient été déposés auprès du Ministre en charge de l’environnement, dans les communes de Charleroi et Courcelles avec l’appui des élus écologistes en place. Quant au groupe Ecolo au Parlement Wallon, il interpellera le Ministre Di Antonio sur la question tout prochainement afin de l’inviter à tenir compte de la mobilisation locale contre ce projet.

En conclusion, ce nouveau permis d’exploitation va totalement à l’opposé du projet durable que nous entendons défendre pour la Région de Charleroi. ECOLO restera extrêmement vigilant afin que l’exploitation de ce site cesse au plus vite dans l’intérêt des riverains et de l’environnement de notre région.

Coprésidents Régionaux

Marine Biset, Christophe Cornu et Aubry Mairiaux