ECOLO se mobilise contre l’abattage radical de nos bords de routes

ECOLO se mobilise contre l’abattage radical de nos bords de routes

Depuis plusieurs années, le plan d’entretien des bords de voiries de la Région Wallonne fait débat et irrite de nombreux citoyens, riverains, usagers et politiques. En 2014, Isabelle Meerhaeghe, alors députée Wallonne, interpellait déjà le ministre de l’époque sur ces mêmes questions…

Un entretien nécessaire, tout le monde en conviendra, cependant sa mise œuvre interpelle. En effet, à force d’abattage et de coupes drastiques, nos bords de routes et autoroutes sont devenus des espaces désertiques, affectant le paysage, la biodiversité et le confort des riverains.

Pourtant, cette situation n’a pas l’air d’inquiéter les responsables de l’administration wallonne et le ministre Di Antonio qui continuent de justifier ces travaux par un impératif besoin de sécurité et promettent « plus de dégagement, plus de luminosité et, parfois même, de nouvelles perceptions du paysage ».

Ce défrichage intensif est même érigé en méthodologie à appliquer lors des opérations d’entretien, pour les périodes hivernales de 2017 à 2020, des bermes centrales et latérales. A titre d’information, pour la première période de coupe (oct 2017 – mars 2018) 100 ha ont déjà été coupé.

ECOLO ne considère pas à la légère la sécurité routière. « Parler du coût de l’entretien sans comptabiliser le coût en matière de biodiversité, ça nous paraît simplement irresponsable » reprend Christophe Clersy, tête de liste à la Région Wallonne. En effet, les bords des routes représentent un enjeu primordial pour la biodiversité. Et face à l’urgence climatique, chaque action compte. Il convient donc, au moment même où des milliers de citoyens, jeunes et moins jeunes, réclament des mesures pour la protection de la planète de mesurer et peser nos actes. L’entretien des voiries ne peut se concevoir sans prendre en compte des critères environnementaux.

Ecolo Charleroi-Thuin : une liste ouverte sur un monde en transition

Ecolo Charleroi-Thuin : une liste ouverte sur un monde en transition

ECOLO a pris l’option de ne pas rester sourd à ces citoyens qui s’engagent pour une transition écologique et solidaire et montrent qu’un monde meilleur est possible.

Notre société change vite et fort, donnant parfois une impression de chaos. Plutôt que d’en avoir peur, pas moins de 5 candidates d’ouverture mettront avec nous toute leur énergie pour lui donner un sens et une vision : Vinciane Ruelle, avocate, Sandra Guily, ex-présentatrice du JT de Télésambre, Chantal Doffiny, ex-Secrétaire Fédérale de la CSC Charleroi Sambre & Meuse, Aurélie Hauben, professeure engagée à Loverval et une dernière candidate-surprise que nous dévoilerons dans les jours qui viennent.

Notre liste présente une moyenne d’âge de 42 ans. Elle fait également la part belle à de nouveaux candidats, symboles du renouvellement de notre mouvement.

Ainsi, une large délégation d’Ecolo-J Charleroi Métropole sera représentée dans le cadre du scrutin du 26 mai 2019 par Maxime Michel, mieux connu sous le nom de Vladimir Platine dans les soirées carolos et par Basile Desgain.

La liste intégrera, enfin, quelques figures connues de la sphère écologiste. Christophe Clersy, ancien Président du CPAS de Courcelles et aujourd’hui, Echevin de la transition écologique emmènera la liste.

Paul Timmermans, ancien Député fédéral et ex-conseiller communal Ecolo à Charleroi, poussera la liste au niveau des suppléants. Vincent Debruyne, Sébastien Brousse, Zaïna Ihirrou, Luc Parmentier, Patricia Vanespen qui exercent ou ont exercé un mandat public à différents niveaux de pouvoir seront également sur le pont.

Candidats effectifs

1. Christophe Clersy ; 2. Vinciane Ruelle ; 3. Vincent Debruyne ; 4. Marine Biset, 5. Luc Parmentier ; 6. Alexandra Dehez ; 7. Basile Desgain ; 8. Chantal Doffiny ; 9. Jean-Marc Monin 10. Zaïna Ihirrou

Candidats suppléants

1. Sandra Guily ; 2. Sébastien Brousse ; 3. Aurélie Hauben ; 4. Renaud Glinne ; 5. Carine Bauwens ; 6. Benoît Van de Perre ; 7. Candidature surprise ; 8. Maxime Michel ; 9. Patricia Vanespen ; 10. Paul Timmermans.

Élections 2019 : Nos têtes de liste pour la Région et le Hainaut

Élections 2019 : Nos têtes de liste pour la Région et le Hainaut

Les écologistes du Hainaut ont désigné leurs têtes de liste pour les élections 2019. Pour le scrutin fédéral, Jean-Marc Nollet emmène dans son sillage Marie-Colline Leroy (Frasnes-lez-Anvaing) enseignante et figure montante au sein du parti. Pour le vote à la Région sur l’arrondissement de Charleroi-Métropole, Christophe Clersy (Courcelles) assure le premier plan en duo avec Vinciane Ruelle (Charleroi). Une candidate d’ouverture bien connue des téléspectateurs carolos, Sandra Guily (Charleroi) vient appuyer la dynamique. Ecolo donne le ton : une autre politique, de renouveau et plus citoyenne, plus juste et plus respectueuse de l’environnement et de la Planète est possible.

« Plus que jamais, il y a urgence d’apporter des solutions aux enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Plus que jamais, lutter pour sortir de la précarité, se battre pour l’emploi de qualité et assurer une vie digne à nos enfants sont liés. En Hainaut, plus qu’ailleurs, les politiques gouvernementales MR-NVA ont fragilisé socialement la population. En Hainaut, plus qu’ailleurs, les multinationales comme Caterpillar ont saccagé l’économie et montré les limites du système néo-libéral. En Hainaut, plus qu’ailleurs, le contexte économique, la pollution et le changement climatique impactent déjà la santé de la population (stat santé Hainaut). En Hainaut, plus qu’ailleurs, l’écologie doit devenir incontournable » assure le duo Jean-Marc Nollet et Marie-Colline Leroy.

L’émergence d’une nouvelle génération

Enseignante, Marie-Colline Leroy sera le binôme du coprésident du parti. Engagée, féministe et jeune maman, elle portera cette campagne avec Jean-Marc Nollet. « A constater les difficultés quotidiennes d’une grande partie de la population, je devais m’engager plus encore : s’insurger dans son coin ne suffit plus, il faut s’engager et agir » commente celle qui symbolise une partie de cette génération montante chez Ecolo. C’est, entre autres, la politique de fermeture d’un Théo Francken qui l’a décidée à rejoindre les rangs des futurs députés à la Chambre des représentants. A Charleroi cette dynamique est renforcée avec la présence de Laurence Hennuy (Fleurus) à la première suppléance sur cette liste Chambre. « Le gouvernement MR-NVA a creusé le fossé social, encore plus durement dans notre région. La justice sociale, la santé et le climat sont des enjeux très concrets dans notre région de Charleroi : nous devons faire entendre ces réalités ».

Pour la liste Régionale de Charleroi-Thuin, Ecolo marque plus encore sa volonté de déployer ses ailes après le travail acharné de Jean-Marc Nollet pour y enraciner une génération porteuse des idées écologistes. Christophe Clersy désigné tête de liste était dès lors une évidence : le Courcellois s’est forgé une expérience patiente sur le terrain et profite désormais d’une assise communale solide.

« L’arrondissement de Charleroi-Métropole doit bénéficier en première ligne du plan Isolation que nous comptons porter à différents niveaux de pouvoir. Développer cette alliance entre emploi, finances et environnement prend plus encore son sens dans notre région où les fragilités économiques peuvent se contrer par des dynamiques porteuses d’espoir comme celle-là » entame Christophe Clersy. « Faire de Charleroi-Métropole un territoire Zéro Chômeur doit dégager toute notre énergie. En gardant bien à l’esprit toute la cohérence et la cohésion de l’ensemble du territoire : la périphérie de Charleroi-Ville ne peut pas que subir les externalités négatives de la Métropole (infrastructures polluantes notamment) comme Charleroi-Ville ne peut pas supporter à elle seule les pôles d’attractivité, le Schéma de Développement Territorial doit impérativement rassembler tous les acteurs et toutes les entités pour construire ensemble notre avenir » défend t-il.

En seconde place sur la liste Région comme candidate d’ouverture, l’avocate, en droit social notamment, Vinciane Ruelle (Charleroi) vient appuyer cette ambition pour la population de Charleroi-Métropole. « Mon passage vers le politique je l’ai mûri, cela s’est fait après une longue réflexion, et Ecolo, parce qu’il propose un nouveau modèle de société pour une vie de qualité pour tous est devenu une évidence. Aujourd’hui, en tant que citoyenne, et en tant que mère de trois jeunes adultes, avocate confrontée aux plus démunis, je sentais l’urgence de m’investir dans ce projet parce qu’il fait sens, parce qu’il est devenu évident que l’action collective et sociale doit faire renaitre l’espoir à chacun d’avoir une place dans notre société dès aujourd’hui et pour les générations à venir ».

Enfin, Ecolo imprime sa démarche d’ouverture à la société civile en confiant la première suppléance de cette liste Région à une personnalité bien connue pour son coeur battant pour la région. Sandra Guily (Charleroi), ex-journaliste à Télésambre, vient renforcer l’ancrage dans le vécu de la population : « Mon envie de valoriser ma région, ça m’est chevillée au corps depuis de longues années. D’abord comme journaliste et puis sous d’autres formes comme mon investissement associatif. Aujourd’hui que les citoyens crient leur besoin d’écoute du monde politique, il me paraît utile de pouvoir être un relais et un pont » commente-t-elle.