ECOLO a pris acte avec stupeur du feu vert accordé par l’administration wallonne à la prolongation de l’exploitation de la décharge de Monceau (CETB).

Il faut rappeler que ce dossier empoisonne littéralement la vie des riverains depuis plus de 20 ans. En plus des nuisances sonores et odorantes se pose la question des risques pour la santé et l’environnement. La poussière produite par l’activité représente un risque majeur pour la qualité de l’air et la santé des riverains au niveau de certaines particules toxiques. Les constats ne sont guère plus réconfortants en ce qui concerne la qualité des eaux puisque la décharge est située sur un versant de la vallée d’un ruisseau. 

Pire, aujourd’hui, le nouveau permis prévoit une augmentation du volume d’enfouissement permettant de doubler le volume actuel : 5.500.000 m³ contre 2.950.000 m³ aujourd’hui ! Pour rappel, le bureau CSD, auteur de l’Étude d’Incidence sur l’Environnement (EIE) pour le site de Monceau, recommandait par exemple de limiter la capacité d’enfouissement à 1.650.000 m³. 

ECOLO se félicite que des recours aient été déposés auprès du Ministre en charge de l’environnement, dans les communes de Charleroi et Courcelles avec l’appui des élus écologistes en place. Quant au groupe Ecolo au Parlement Wallon, il interpellera le Ministre Di Antonio sur la question tout prochainement afin de l’inviter à tenir compte de la mobilisation locale contre ce projet.

En conclusion, ce nouveau permis d’exploitation va totalement à l’opposé du projet durable que nous entendons défendre pour la Région de Charleroi. ECOLO restera extrêmement vigilant afin que l’exploitation de ce site cesse au plus vite dans l’intérêt des riverains et de l’environnement de notre région.

Coprésidents Régionaux

Marine Biset, Christophe Cornu et Aubry Mairiaux