Les écologistes carolos ont pris connaissance de la proposition du Ministre Bellot de création d’un arrêt ferroviaire à Ransart, sur la ligne 140 Charleroi-Ottignies, pour résoudre l’épineux problème de liaison de l’aéroport de Charleroi avec le rail.

S’ils se réjouissent de ce projet – beaucoup moins onéreux que d’autres envisagés par la SNCB – et espèrent qu’il pourra rapidement se concrétiser, ils préconisent toutefois de dépasser les seuls intérêts de l’aéroport.

Pour Jean-Marc Nollet, Député fédéral Ecolo, « l’arrêt SNCB envisagé à Ransart en lien avec un service TEC doit tout autant desservir l’aéropôle que l’aéroport. Ce serait d’ailleurs stupide de s’en priver à l’heure où le plan CATCH se penche sur le redéploiement économique de la zone. Des centaines de travailleurs pourraient ainsi très bien utiliser cet arrêt pour rejoindre leur boulot à l’aéropôle, aux côtés des voyageurs qui se rendent à l’aéroport ».

Ce point d’arrêt permettra également de fluidifier et diversifier l’accès au rail pour les habitants de la périphérie carolo. « Chaque matin, de nombreux navetteurs traversent ou contournent Charleroi pour rejoindre la gare du Sud. Un point d’arrêt à Ransart pourrait permettre de décongestionner le centre-ville et le ring aux heures de pointe, tout en rapprochant les ransartois du centre ville », argumente Xavier Desgain, Conseiller communal Ecolo à Charleroi.

Repensé en faveur de l’ensemble de l’aéropôle, le projet renforcera l’attractivité économique du bassin carolo tout en assurant une double entrée dans Bruxelles aux navetteurs carolos : par la gare du Midi (ligne 132) d’une part, et par les gares Luxembourg et Schuman (ligne 140) d’autre part à la condition de reprolonger cette ligne jusque Bruxelles.

« Un véritable outil de redéploiement économique pour la Région ! Car il ne faudrait pas grand-chose pour que cette zone puisse accueillir de nombreuses nouvelles entreprises », clament les verts. Jean-Marc Nollet interpellera en ce sens le ministre Bellot à la Chambre et Xavier Desgain portera ce débat au sein du Conseil communal de Charleroi. « Ce qui se joue à Ransart concerne la mobilité et l’attractivité économique non seulement de la Ville de Charleroi, mais aussi de toute la région ! Tout le monde sortirait gagnant si ce projet d’arrêt à Ransart ne restait pas exclusivement centré sur les besoins de l’aéroport », concluent les élus verts.

Ecolo identifie ainsi la zone d’activité économique (ZAE) Fleurus-Farciennes à proximité du point d’arrêt à Ransart : une véritable plateforme multimodale train-aéroport pourrait s’y développer, avec notamment les activités logistiques et de services de l’aéropôle, dans une optique durable.

Les verts veilleront toutefois à ce que le projet du Ministre Bellot ne soit pas une excuse pour raboter l’enveloppe de 500 millions d’euros prévus initialement pour la gare mort-née de Gosselies : « La totalité de la somme prévue doit être allouée au projet global que nous préconisons », ajoutent les verts. « Et si les cadences sur la ligne 140 augmentent, ce n’est pas fermer des guichets comme à Fleurus qu’il conviendra de faire, mais bien d’en ouvrir et d’accroître la qualité des services offerts aux voyageurs ».

Concrètement, les écolos plaident pour que toutes les forces vives de la région soient associées au plus vite à cette réflexion. « Charleroi Développement, la structure devant activer le plan CATCH, pourrait également y trouver une première mission », estiment les verts.

 

Christophe Cornu, Aubry Mairiaux et Isabelle Meerhaeghe, Coprésidents régionaux

Jean-Marc Nollet, Député fédéral

Xavier Desgain et Luc Parmentier, Conseillers communaux à Charleroi

 

Question d’actualité posée par Xavier Desgain au Conseil communal de Charleroi

Retours presse :

RTBF – Projet de gare à l’aéroport de Charleroi: un arrêt à Ransart semble privilégié 

L’Avenir – Une gare à Ransart, mais pas rien que pour BSCA